TRAVAIL ET VIE COMMUNAUTAIRE DANS LE VIEUX OTTAWA-EST

admin Uncategorized October 9, 2017

 

Source: une ressource merveilleuse pour toute personne intéressée par ce quartier 
Au tournant du siècle, le Vieux-Ottawa-Est était pratiquement méconnaissable. La petite collectivité n’avait pas été encore fusionnée avec la Ville d’Ottawa, mais elle connaissait déjà un plein essor grâce au commerce, à l’industrie et à l’agriculture. Une grande partie de son territoire avait été divisé en domaines appartenant à de grandes familles d’entrepreneurs dont les rues de la région portent aujourd’hui les noms : Clegg, Brown, Slattery, Ballantyne, Paterson, Lees.

 

Photo: The Pines at Main and Riverdale, 1890. De la collection personnelle de Betty et Susan Hill.

Betty Hill (née Brown) a grandi dans la maison The Pines (démolie dans les années 1970 pour faire place à l’ambassade cubaine à l’angle des rues Main et Riverdale). Elle et sa fille Susan ont fourni quelques photos aux chercheuses de Capital History, Meredith Comba et Rebecca Sykes. Parmi celles-ci, il y avait la photo des raquetteuses du Wildwood Snowshoe Club que vous pouvez voir sur notre installation. Selon Betty, il s’agissait de Jessie Lees, Victoria Lees, Lizzie Lees et Jessie Freeland.

 

Photo: The Camera Club. De la collection personnelle de Betty et Susan Hill. 

Une autre photographie capture le club de la caméra à Billings Bridge. Betty nous a raconté de nombreuses histoires au sujet des liens qui unissaient plusieurs familles bien connues de la région et nous espérons les partager avec vous dans un proche avenir. 

Photo: Mutual Dairies, Echo Drive c. 1954, Archives de la ville d’Ottawa

Betty se souvient également du Vieux-Ottawa-Est comme un endroit où les résidents travaillaient fort. La famille Brown avait un atelier de construction et de réparation de bateaux sur le canal, et d’autres familles exploitaient des vergers, des fermes et d’autres entreprises qui employaient beaucoup de gens. Wildwood, le domicile de Robert Lee, un avocat de comté bien connu, possédait un verger luxuriant. De son côté, la famille Slattery habitait une maison où s’arrêtaient de nombreux passants et exploitait un grand abattoir de bétail.  

Photo: Frost Ball in Old Ottawa East, January 1 1955, Archives de la ville d’Ottawa

Dans les années 1940 et 1950, les domaines ont été divisés en plus petits lots. Néanmoins, la nouvelle communauté est restée fidèle à l’esprit convivial qui l’avait caractérisée, poursuivant la tradition de développement communautaire tout au long des années 1950. Des événements comme le Frost Ball n’ont pris fin qu’au tournant du millénaire.  

 

Remerciements 

 

Cette capsule historique a été élaborée et rédigée par Mme Meredith Comba comme complément aux kiosques sur l’histoire de la capitale, un projet signé Ottawa 2017 mené par le Musée de l’histoire ouvrière. Elle fait partie de travaux de cours entrepris dans le cadre du séminaire d’études supérieures du professeur David Dean sur les musées, l’identité nationale et la mémoire collective (département d’histoire de l’Université Carleton). Mme Comba tient à remercier M. Lorne et Mme Melinda Abugov, Mme Elizabeth (Betty) Hill and Susan Hill. Le texte de ce site a été préparé avec l’aide d’Alexandra Petrie. 

 

Nous sommes particulièrement reconnaissants envers Elizabeth (Betty) Hills et Susan Hills pour avoir partagé leurs photos avec nous et nous permettre de les utiliser dans cette histoire. 

Nous saluons également l’appui de Mme Megan Michie et Mme Linda Cheslock, Ville d’Ottawa, de Mme Marie-Soleil Bergeron, Ottawa 2017, de M. David Chernushenko, conseiller. 

 

Les capsules des kiosques sur l’histoire de la capitale ont reçu le soutien du Programme d’investissement des arts, de la culture et du patrimoine d’Ottawa 2017 (géré par le Conseil des arts AOE, le Conseil des arts d’Ottawa et le Conseil des organismes du patrimoine d’Ottawa). 

 

 

 

Acknowledgements 

This story was researched and developed by Meredith Comba as a contribution to the Workers’ History Museum’s Capital History Kiosk’s project for Ottawa 2017. It formed part of her coursework for Professor David Dean’s graduate seminar on museums, national identity, and public memory (Department of History, Carleton University). She would like to thank Lorne and Melinda Abugov, Elizabeth (Betty) Hills and Susan Hills for their help. The text for this website was prepared with the assistance of Alexandra Petrie. 

 

We are especially grateful to Elizabeth (Betty) Hills and Susan Hills for sharing their photographs with us and allowing us to use them in this story. Thanks to Megan Michie and Linda Cheslock of the City of Ottawa and Marie-Soleil Bergeron of Ottawa 2017 for their assistance, and to councilor David Chernushenko for his support. 

 

Capital History kiosks’ stories were funded by the Ottawa 2017’s Arts, Culture and Heritage Program (stewarded by AOE Arts Council, Ottawa Arts Council and Council of Heritage Organizations in Ottawa). 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *